La culture > La religion

voir un extrait gratuit | voir les sujets traités | plans de dissertations | plans de commentaires


Liste des sujets traités

 La religion conduit-elle l'homme au-delà de lui-même ?
 La religion permet-elle à l'homme d'être heureux ?
 L'homme a-t-il nécessairement besoin de religion ?
 La philosophie peut-elle parler de la religion ?
 La relation entre philosophie et religion dans la modernité
 Est-ce parce qu'ils sont ignorants que les hommes ont des croyances ?
 Une critique philosophique de la religion

Commentaires disponibles

 Claude Lévi-Strauss, tristes tropiques, Page 468
 Nietzche, Crépuscule des idoles - chapitre 1 et 2 (extraits)
 Kant, La religion dans les limites de la simple raison
 Boèce, La consolation de la philosophie, chap. 3
 Alain, Propos sur la religion, La vraie foi

Votre sujet n'est pas dans la liste ?
Obtenez en moins de 72h :
- problématique entièrement rédigée
- un plan détaillé rédigé complet, avec parties et sous-parties
- la possibilité de questionner le professeur sur le plan proposé
Prestation personnalisée réalisée par un professeur agrégé de philo

Exemple de sujet : La religion conduit-elle l'homme au-delà de lui-même ?

Le rapport de l'homme à la religion semble ambigu, comme l'atteste la dualité de l'étymologie de la religion qui désigne à la fois le fait de se recueillir (adhérer par la foi à un principe supérieur) et de se relier (entrer dans une communauté de fidèles). En effet, la religion comme croyance individuelle enseigne à l'homme sa fragilité et la précarité de son existence temporelle : accepter une vérité révéler, c'est accepter de ne pas s'appartenir totalement, de ne pas maîtriser tous les facteurs de son existence, et de dépendre de forces supérieures, divines et transcendantes. Cependant, toute religion peut également s'apparenter à un message d'espoir puisque la croyance enseigne à l'homme qu'il n'est pas perdu au milieu d'un monde qui lui serait définitivement hostile. Le problème de ce sujet se centre donc sur la question du sens à donner à la façon dont la religion pourrait « conduire l'homme au-delà de lui-même ». Cette expression ne recouvre-t-elle pas un paradoxe. La religion serait à ce titre à la fois être un message de dévalorisation de la situation de l'homme ici-bas (puisque la créature est fragile et pêcheresse et sa valeur se situerait dans un salut qui met fin à son existe... [voir le corrigé complet]