La raison et le réel > La matière et l'esprit

voir un extrait gratuit | voir les sujets traités | plans de dissertations | plans de commentaires


Liste des sujets traités

 Est-il raisonnable de croire en Dieu ?
 Peut-on croire sans savoir ?
 Faut-il opposer la croyance et la raison ?
 Peut-on accorder une valeur à une croyance que l'on ne partage pas ?
 L'esprit a-t-il accès aux choses ?
 Vaut-il mieux agir ou penser ?
 Quelle différence peut-on faire entre la matière et le corps ?
 Toute passion est-elle déraisonnable ?
 Que faut-il opposer à la bêtise ?
 Qu'est-ce qui est premier ?
 Le Dieu de Kant est-il si différent du Dieu de la métaphysique traditionnelle ?
 Peut-on connaître l'esprit à travers le corps ?
 En quoi l'homme fait-il l'espace ?
 Descartes, Méditations métaphysiques, sixième méditation

Commentaires disponibles

 Kant, critique de la raison pure, préface (extrait)

Votre sujet n'est pas dans la liste ?
Obtenez en moins de 72h :
- problématique entièrement rédigée
- un plan détaillé rédigé complet, avec parties et sous-parties
- la possibilité de questionner le professeur sur le plan proposé
Prestation personnalisée réalisée par un professeur agrégé de philo

Exemple de sujet : Est-il raisonnable de croire en Dieu ?

Ce sujet interroge les rapports entre foi et raison, et pose à cet égard le problème de savoir dans quelle mesure la raison est autorisée à juger la croyance. Le paradoxe tient au fait que la croyance porte sur des objets comme Dieu qui ne sont pas normalement soumis à la raison puisqu'ils sont définis comme radicalement supérieurs à l'homme, et ne peuvent faire l'objet d'une analyse rationnelle. Toute la difficulté de ce sujet tient toutefois au fait qu'il porte sur la question du raisonnable. La notion de raisonnable n'est pas exactement celle de rationnel. En effet, la raison est rationnelle en tant qu'elle est capable d'argumenter, c'est-à-dire de produire un discours logique qui prouve conceptuellement ce qu'il avance. Mais la raison est raisonnable dès l'instant où elle est capable d'orienter l'action, c'est-à-dire dans la mesure où elle mobilise un critère efficace du bien et du mal permettant à l'individu de se comporter de façon juste et morale. Il s'agit en ce sens d'un critère de jugement qui n'est pas tant un critère de vérité qu'un critère de comportement. Le problème sera donc de savoir si le raisonnable se fonde nécessairement sur le rationnel ou si, à l'inverse, il peut dépendre d'une croyance et permettre une action juste indépendammen... [voir le corrigé complet]