Toute passion est-elle déraisonnable ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L'analyse du professeur


Ce sujet appelle une remise en question de l'opposition habituelle entre raison et passion. Si l'on a pour habitude d'opposer les deux, c'est parce qu'il nous semble que la raison est un pouvoir d'analyse qui met à distance les passions, c'est-à-dire le pouvoir de séduction des choses et le désir débridé pour ces choses, afin de raisonner sur les choses, de les évaluer de façon objective et sereine. À l'inverse, la passion semble captive du pouvoir d'attraction des objets et désigne ainsi la passivité de la personne qui agit en se laissant dominer par ce pouvoir d'attraction sans raisonner et sans être capable d'analyser objectivement les choses. Cette opposition devient toutefois moins évidente si l'on songe que toute passion n'est pas purement irrationnelle, mais peut au contraire user de la raison pour chercher les moyens les plus efficaces et les plus adéquats pour satisfaire la passion. La passion peut même conduire à vouloir réaliser des choses moralement raisonnables (comme la passion au sens religieux du terme). Ce paradoxe entre une raison opposée aux passions, et une raison au service des passions semble donc conduire à une ambiguïté : la raison est-elle double ? Comment trouver la limite entre instrumentalisation de la raison et raison indépendante ? (...)