Qu'est ce qu'un événement ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Le jour de la Révolution française, Kant interrompit sa promenade quotidienne, pourtant imperturbable depuis des décennies. L'événement fut tel qu'il marqua, pour le philosophe, la nécessité d'interrompre son quotidien, signifiant ainsi le choc intellectuel et physique créé par la nouvelle. Un événement semble à cet égard très relatif à la position de celui qui est concerné.
La définition de l'événement pose cependant problème. Il semble que le fait qui est ainsi désigné sort du lot des autres faits historiques par son importance, et ne peut être purement relatif au jugement de celui qui en prend connaissance. Cette particularité impliquerait alors qu'il est possible de dégager une universalité potentielle dans le jugement historique des faits. Comment une telle universalité est-elle possible ? Faut-il la considérer comme présupposée par le cours des évènements, c'est-à-dire dans l'importance causale du fait ? Ne dépend-elle pas plutôt des critères de jugement de ceux qui jugent l'histoire ?
Nous nous attacherons tout d'abord à montrer que l'événement historique est un fait qui a une importance causale indéniable, qui le détache des autres faits par les conséquences majeures qu'il implique. Nous en viendrons ensuite cependant à considérer que l'événement est dépendant de la narration de l'histoire, et se trouve ainsi relatif aux critères retenus pour construire le sens de cette histoire. Il nous apparaîtra enfin que l'événement est un pure fiction, qui ne traduit que l'absence de maîtrise de la mémoire humaine, qui a ainsi besoin de se voir signifier grossièrement le sens de l'histoire.
(...)