Merleau-Ponty, 'Pour la vérité' in Sens et non-sens

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


L'Angelus Novus de Klee est vu par Walter Benjamin, dans ses Thèses sur l'histoire, comme une représentation de la tristesse de celui qui contemple l'histoire des hommes, et constate le champ de désolation et de ruines que laisse l'humanité derrière elle. Vision pessimiste au possible du processus de civilisation, cette image tendrait à faire craindre le fait que l'homme ne peut échapper au chaos, et y contribuerait même par sa vanité.
Contre une telle résignation, et face au problème de la liberté dans l'histoire, MP propose ici de montrer que l'homme n'a pas le choix d'assumer sa liberté, et doit ainsi se poser en artisan de l'histoire. Dans le texte soumis ici à notre étude, MP analyse en effet la position du scepticisme, et la façon dont elle ruine la tentation de construire une philosophie de l'histoire, et montre que cette position est en fait contradictoire, dangereuse et absurde. Face à elle, il défend une philosophie de la liberté fondée sur une rationalité axiologique, c'est-à-dire sur la nécessité de poser et de défendre des valeurs.
Nous chercherons ainsi tout d'abord à montrer que la tendance à concevoir une philosophie de l'histoire est inhérente à la raison humaine, et que sa critique est vaine. Nous en viendrons ensuite à comprendre que cette philosophie de l'histoire est le mode d'expression de la liberté rationnelle qui fait l'identité de l'homme. Nous pourrons alors enfin saisir pour quelle raison l'homme peut et doit affirmer des valeurs face au monde et aux contraintes qu'il lui impose.
(...)