Le doute est-il une entrave à la liberté ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Alain déclarait que le doute est le « sel de l'esprit », en précisant que si « croire est agréable », c'est pourtant « une ivresse dont il faut se passer », sinon adieu « à liberté, justice, paix ». L'implacable sentence qu'il prononce a ainsi de quoi faire frémir, mais le beauté de la formule ne peut cacher l'hésitation bien légitime de celui qui a une fois osé le doute. Descartes lui-même avouait, pour les mœurs, qu'il « est besoin parfois de suivre des opinions qu'on sait fort incertaines ». Or les mœurs ne sont autres que les comportements des hommes, leurs actes, c'est-à-dire ce qui est justement la manifestation exemplaire de leurs libertés.
Faut-il alors penser que le doute est une entrave à la liberté ? Faut-il à l'inverse supposer que le doute la permet ? L'épineuse question révèle sa portée dès l'instant où l'on prend la mesure de l'exigence dubitative. Il ne s'agit pas simplement en effet de mettre à distance son accord, de critiquer en surface un point de vue : le doute est fondamentalement existentiel, puisqu'il touche au critère de la vérité, au fondement du juste, au sens même de la conviction nécessaire à toute pensée et toute action. Douter vraiment, c'est se retrouver seul au monde, sans certitude aucune. Si tout nous échappe, comment retrouver une assise, comme faire des choix, c'est-à-dire tout simplement être capable de peser le pour et le contre afin de décider sans entrave du comportement à tenir (ce qui est le sens même de la liberté) ?
Nous nous attacherons d'abord à montrer que le doute est le résultat de la déstabilisation, et ne peut à cet égard être considéré comme une démarche positive. Nous en viendrons toutefois à saisir que l'aliénation apparente du doute produit une crise et un sursaut de la raison, qui se trouve alors en mesure de faire table rase de ses handicaps afin de poser les vraies questions du choix. Nous montrerons cependant et enfin que ce pouvoir du doute n'est pas dépouillé d'ambiguïté, puisqu'il conduit à une affirmation sans fin de soi, particulièrement risquée pour celui qui se soucie des conséquences de son action et des effets de sa liberté.
(...)