La démocratie est-elle la garantie de lois justes ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L'analyse du professeur


Nous pouvons définir la démocratie comme un régime politique fondé sur la souveraineté populaire, ce qui signifie que c'est le peuple qui détient, de façon directe ou indirecte, le pouvoir politique. Cette organisation politique, en se fondant formellement sur le pouvoir du plus grand nombre, a donc pour but de garantir le respect de l'intérêt commun. Autrement dit, il semble que le principal avantage de ce régime est d'éviter le risque de voir quelques-uns s'accaparer le pouvoir pour l'exercer uniquement dans le but de satisfaire leurs intérêts particuliers. La réponse à la question posée semble, dès lors, évidente puisque si tous sont détenteurs du pouvoir, aucune loi ne pourra privilégier l'intérêt particulier. Les lois seront donc automatiquement juste puisque la justice sera collective et non individuelle, c'est-à-dire qu'elle résultera de la négociation entre les différentes conceptions individuelles du juste. Néanmoins, le problème de cette négociation, comme au sujet de toute procédure de discussion, est de voir se cristalliser les antagonismes et d'échouer ou de ne pas parvenir à formuler une solution. Autrement dit, la démocratie pourrait ne pas garantir des lois justes si tous ne peuvent se mettre d'accord ou si quelques-uns parviennent à tromper les autres dans la délibération législative. Plus largement, le problème tient également à la différence entre l'individu tel qu'il participe par principe à la souveraineté (il est en tant que citoyen un des contractants politiques) et l'individu tel qu'il doit se soumettre à la loi (il doit se plier aux décisions politiques et aux lois votées par ses représentants, quand bien même il n'est pas personnellement en accord avec ces lois). Comment fait pour réconcilier ce fossé qui se creuse en lui, entre le principe politique de la souveraineté et l'existence personnelle ? (...)