La conscience fait-elle de l'homme une exception ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


En s'appuyant sur la définition de la conscience de soi comme sentiment intime de proximité à soi, il est possible de comprendre que le propre de l'homme est de se vivre selon un certain rapport entre esprit et corps. Plus exactement, il ne s'agit pas tant de savoir si la conscience est une exception humaine en tant que telle (ce qui conduirait à des comparaisons un peu délicates et peu utiles entre l'homme et l'animal) que de savoir dans quelle mesure la conscience, telle que l'homme la possède et en use, fait de lui un être exceptionnel. À cet égard, il faut donc essayer de comprendre comment fonctionne la conscience et ce qu'elle permet pour évaluer ce qu'elle apporte à l'existence humaine.

Le problème que vise alors votre analyse du sujet revient à un paradoxe. D'une part, la conscience est, à l'évidence, un mode d'être dont l'homme tire tous les profits puisqu'il évalue au moyen de cette conscience les possibilités de son action. Mais d'autre part la conscience fait découvrir à l'homme ses propres limites et ses impossibilités, c'est-à-dire que la conscience est également le moyen par lequel l'homme se rend compte de la fragilité de son existence. La conscience est-elle le moyen d'un statut exceptionnel de l'homme dans la nature ou fait-elle de l'homme un être particulièrement fragile ?
(...)