La compétence donne-t-elle des droits ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Ce sujet présente une complexité méthodologique majeure : il ne se réfère pas à un seul domaine de réflexion, ce qui oblige à glisser, dans les exemples mobilisés, d'un secteur philosophique à un autre (ou, pour le dire dans le langage du lycée, d'un thème du programme à un autre). Il convient donc de veiller à ce que toutes les références ou les exemples mobilisés ne réduisent pas le champ de compréhension de la notion de compétence. Il convient en ce sens de partir de la définition la plus construite possible de la compétence. La compétence désigne généralement l'articulation entre une excellence intellectuelle (qui tient à la connaissance que possède un individu d'un domaine particulier de la réalité) et un excellence technique ou pratiques (qui est liée à un savoir-faire, à une habileté particulière à manier les choses concrètes). La question posée par le sujet suppose donc implicitement l'opposition entre l'homme compétent à l'homme ignorant pour savoir si la possession de qualités particulières, d'une excellence propre, permet à celui qui les possède plus qu'à celui qui en est dépouillé. Autrement dit, peut-on déduire du fait de l'excellence (qui donne une valeur supérieure à une homme dans le domaine de sa compétence) le droit à une liberté d'action plus grande ? (...)