L'homme est-il un animal politique ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L'analyse du professeur


Cette question est directement liée à l'affirmation d'Aristote dans Les politiques : « l'homme est un animal politique ». Elle pose le problème de savoir si l'homme a pour condition de son développement l'existence avec les autres. En quelque sorte, il s'agit d'interroger la définition de l'homme pour parvenir à comprendre si nous pouvons le penser de façon individuelle ou autonome, ou si au contraire nous sommes obligés de le penser comme un être ayant besoin fondamentalement des autres pour devenir lui-même.

Le paradoxe de ce sujet consiste à remarquer que tout homme se définit par une conscience de soi qui le démarque à la fois des autres choses et des autres hommes. Cela revient donc à dire que l'homme se pense comme détaché des autres et du monde à tel point que la conscience de soi est le fondement de la liberté et de l'individualité. Mais, il apparaît également, en un sens historique et anthropologique, que l'homme ne peut vraiment se passer des autres pour développer son existence libre. Les autres sont les moyens donc chacun dispose pour apprendre à être libre, puisque c'est au moyen des autres que l'homme peut dépasser la fragilité d'une existence animale, apprendre à comprendre le monde qui l'entoure, s'éduquer et mieux vivre. Il y a donc une double conscience quelque peu contradictoire en l'homme : la conscience de soi indépendamment des autres et la conscience de soi par les autres.
(...)