Être libre de penser est-ce penser ce que l'on veut ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Don Juan professe la liberté de mœurs et de pensée. Libertin dans l'âme, il n'admet de règles que celles de sa raison, et il considère au plus haut point que sa liberté dépend du libre usage de ses facultés spirituelles, c'est-à-dire que sa pensée est l'outil qui donne à sa volonté les moyens de sa réalisation. Pourtant, son destin est tragique, puisqu'il paie finalement de sa vie le prix de son audace de pensée. Faute de s'être plié aux règles morales, et parce qu'il a défié l'ordre des choses et s'est finalement égaré par la pensée, il subit le sort funeste dont le menaçait la statue du commandeur.

Être libre de penser, est-ce alors penser ce que l'on veut ? L'exemple de Don Juan montre l'ambiguïté d'une telle phrase. Sa liberté s'affirme dans le fait qu'il pense ce qu'il veut, mais son sort funeste paraît témoigner de l'illusion que constituait ce type de liberté. Se pose ici le problème de savoir si, par nature, la pensée répond à des règles, ou si au contraire elle est une forme purement indéterminée, qui pourrait alors être l'instrument totalement plastique de la volonté.

Nous nous attacherons à montrer tout d'abord que l'homme, comme être de conscience, dispose d'une capacité de pensée qui est un pouvoir de traduction et d'interprétation de son monde, qu'il peut dès lors plier librement à ses volontés (I). Nous chercherons toutefois à mettre au jour les limites de cette liberté de pensée, dans la mesure où l'esprit est inlassablement confronté à la résistance de ce qui est à penser, ce qui conduit à reconnaître que l'esprit ne peut penser ce qu'il veut (II). Néanmoins, nous en viendrons à montrer que les contraintes de l'esprit ne sont pas tant des limites imposées à la volonté, qu'une manière de la libérer de ses errements, ce qui nous permettra d'affirmer que la liberté de pensée correspond bien à l'usage libre d'une volonté cohérente (III).
(...)