Est-il immoral de mépriser autrui ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Le mépris peut avoir deux significations assez proches. D'une part, il s'agit d'un sentiment par lequel on juge une personne indigne d'égards, d'estime, d'attention, de considération, sentiment par lequel on ne fait aucun cas d'une chose. D'autre part, le mépris est aussi un sentiment par lequel on s'élève au-dessus de ce que redoutent les hommes ou de ce qui les attire (le mépris du danger par exemple). Le fait de mépriser autrui semble procéder du premier sens et devoir être nécessairement condamné moralement. En effet, ne pensons-nous pas que tout homme est digne d'attention et de valeur ? Au nom de quoi pouvons-nous nous autoriser à mépriser autrui ? Tout le problème sera donc de comprendre ce qui justifie le mépris, c'est-à-dire de s'interroger si la nature de la morale afin de savoir si elle interdit par principe le mépris de l'homme et donne à l'humanité une valeur absolue.

Ce sujet recouvre donc un paradoxe initial : le fait que le mépris permette de s'affirmer contre les dangers extérieurs en montre la valeur constitutive (le mépris désigne ainsi le courage de celui qui ose s'affirmer et ne recule pas devant ce qui lui est le plus intime), mais entre en contradiction avec le fait que le mépris a bien souvent des conséquences détestables, puisqu'il manifeste en même temps l'orgueil ou la prétention de celui qui s'affirme sans respecter ce à quoi il se mesure.
(...)