Doit-on apprendre à devenir homme ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L'analyse du professeur


La tendance naturelle à la sociabilité et à la reconnaissance juridique et morale des droits et de la dignité d'autrui ne paraît pas être immédiatement utile à l'homme pour survivre. Animal d'abord, il paraît au contraire naturel de se méfier du danger que peut représenter autrui, ce qui suppose que se trouve garantis ses rapports avec lui par des règles. Dès lors, pour devenir véritablement un homme, et dépasser les conditions d'une existence animale et fragile, les hommes doivent pouvoir s'entendre et se reconnaître, ce qui suppose une forme d'éducation morale et politique. Autrement dit, si l'homme doit vivre en société pour bien vivre, il doit apprendre à devenir un être sociable. Dès lors, la question de l'apprentissage possible de l'humanité de l'homme se pose. En effet, les deux définitions de l'homme comme animal et comme être sociable confrontent à un paradoxe. D'une part, l'homme est homme parce qu'il est animal et poursuit son intérêt particulier mais, d'autre part, l'homme est homme à partir du moment où il renonce à son animalité et devient un être politique. (...)