Annales 2007 - Que vaut l'opposition du travail manuel et du travail intellectuel ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Il est habituel de distinguer le travail intellectuel du travail manuel, en tant que le premier porterait sur des idées et des théories, alors que le second aurait pour objet de transformer les choses, d'agir concrètement. Cette opposition aurait donc pour objet d'opérer une distinction factuelle de nature, sans pour autant engager une distinction de valeur. Rien en effet n'implique la dévalorisation du travail manuel au profit du travail intellectuel. Pourtant, la pénibilité du travail manuel, qui passe par la force du corps et par l'exercice physique, semble réciproquement impliquer la valeur du travail intellectuel, qui mobilise l'esprit mais laisse le corps en paix et semble alors moins aliénant. L'opposition entre travail manuel et travail intellectuel serait donc une opposition de valeur qui déterminerait un mépris pour le travail manuel, moins digne et plus prosaïque.

Toutefois, il semble possible de mettre en question cette hiérarchisation axiologique des deux formes de travaux, dans la mesure où elle ne dit rien du mérite réciproque des deux travailleurs. Autrement dit, la hiérarchisation de valeurs se fonderait sur une l'objet des travaux et non sur les travailleurs eux-mêmes. En ce sens, l'opposition entre les deux n'aurait aucune valeur par elle-même.
(...)