Annales 2007 - Le désir peut-il se satisfaire de la réalité ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L'analyse du professeur


Le désir correspond à la volonté d'atteindre une chose que l'esprit rend aimable parce qu'il détermine que cette chose convient à une personne. En ce sens, le désir dépend d'une représentation intellectuelle des propriétés d'une chose et de la façon dont ces propriétés s'accordent avec les propriétés d'une personne. Le désir porte donc sur des choses réelles et pousse un individu à rechercher la possession de ces choses afin de se satisfaire. On peut alors en conclure paradoxalement que le désir se satisfait sans se satisfaire de la réalité. Il s'en satisfait dans la mesure où il prend appui sur la représentation de la réalité pour définir ce qui est désirable, mais il ne peut s'en satisfaire, dans le sens où ce qui est désirable n'appartient pas encore à celui qui désire, et le pousse à vouloir changer la réalité pour que l'objet du désir lui appartienne. Le problème de ce sujet est donc de savoir jusqu'à quel point la représentation de l'objet du désir ne dénature pas cet objet. Le fait de se représenter l'intérêt que peut avoir la possession d'une chose pour un individu n'implique en effet pas seulement que la chose est jugée désirable pour elle-même, mais suppose également qu'elle est jugée adaptée à un individu particulier. Cette convenance à un individu ne conduit-elle pas à imposer à l'objet du désir un mode d'existence qui en change la réalité, et le transforme ? (...)