Annales 2005 - Pourquoi voulons-nous être libres ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Le sentiment de liberté semble inhérent à la conscience de l'homme. Il résulterait ainsi du fait de posséder une représentation intelligente de l'existence, qui a pour propriété d'analyser les causes des évènements et de montrer à l'homme de quelle façon la réalisation de certaines choses dépend de lui. Toutefois, à ce sentiment de liberté s'oppose la conscience de la détermination, c'est-à-dire se donnent à penser tous les obstacles réels qui s'opposent à la réalisation concrète de la liberté. Dès lors, si nous avons le sentiment d'être libres, mais que nous constatons inlassablement à quel point nous sommes déterminés par les choses, pourquoi vouloir encore être libres ? Il est évident que renoncer à la liberté reviendrait à se concevoir comme le produit d'un destin sur lequel nous n'avons aucun contrôle. Ce constat peut apparaître comme désespérant et tragique. À l'inverse toutefois, réaffirmer sa liberté peut sembler certes nécessaire et hautement moral, mais risque de condamner l'homme à vivre dans une illusion d'autant plus dangereuse que l'ensemble de son vécu le reconduirait sans cesse à la frustration et au constat de l'impuissance. Comment sortir d'un tel dilemme ? (...)