Peut-on se fier à l'autorité d'autrui sans tomber dans le préjugé ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Le problème soulevé ici est ancré dans le constat de la faiblesse de la raison en l'homme. La façon dont l'homme use de sa raison est en effet paradoxal. D'une part, un homme seul ne peut construire de connaissance tant parce qu'il dépend des connaissances qu'il reçoit des autres que parce qu'il collabore avec les autres pour construire et valider ses propres connaissances. Mais d'autre part, la confiance qu'il accorde aux autres semble elle-même problématique puisque le fait de ne pouvoir vérifier les connaissances des autres semble le condamner aux préjugés. L'enjeu est ici de montrer que nous avons, en tant qu'êtres rationnels, un devoir de critique dans toute constitution de connaissance, c'est-à-dire que nous devons toujours nous demander quelle est la légitimité des idées qui sont avancées lorsque ces idées nous sont pas construites par un raisonnement qui nous est propre mais sont acquises par le mode de l'apprentissage passif. (...)