Peut-on apprendre à être libre ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Le sentiment de liberté semble être une caractéristique de la conscience humaine qui se rapporte à une action possible. Ce sentiment de liberté est en effet un forme de sentiment d'indépendance que ressent l'homme vis-à-vis des conditions qui pourraient le déterminer à agir. Toutefois, ce sentiment semble éminemment fragile. En tant qu'il se fonde sur une capacité de choix rationnel, il apparaît que ce sentiment a tendance à décroître à mesure que progresse l'intelligence : dans la compréhension que l'homme développe de ses propres actions, il découvre en effet de plus en plus de conditions qui le déterminent dans ses choix. Bref, plus nous apprenons à choisir, plus nous découvrons que nous sommes déterminés dans nos choix. Apprendre à être libre reviendrait-il à apprendre que nous ne sommes pas libres ? Le paradoxe de ce sujet semble donc tenir à l'opposition entre apprentissage et conditions de la liberté. Ne peut-on pourtant prétendre que le progrès de la connaissance est à l'inverse la condition d'une libération, au sens où l'homme parviendrait de mieux en mieux à maîtriser son monde et à dominer ce qui le détermine ? L'apprentissage de la liberté ne se ferait-il pas justement par l'apprentissage de la force de ce qui nous détermine, afin de mieux en penser les limites et les moyens d'y échapper ? (...)