La nature fait-elle bien les choses ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


L'analyse du professeur


Tout le problème de ce sujet est qu'il s'agit d'une expression consacrée qui est par ailleurs une personnification, c'est-à-dire l'attribution d'un comportement humain à une chose naturelle. Nous pouvons définir la nature comme l'ensemble des phénomènes naturels indépendants de l'homme. Se demander si la nature fait bien les choses suppose donc qu'elle résulterait d'une volonté unique à la manière d'une seule personne. Le sens de cette expression n'est donc pas très complexe puisqu'il s'agit de dire que la nature agirait bien, c'est-à-dire agirait de telle sorte que ce qui est fait atteint un degré de perfection ou, en tous cas, une certaine qualité de fabrication. Le problème posé est toutefois plus complexe : si l'on accepte que l'ordre des choses naturelles peut être assimilé à une intention intelligente, comment juger de la bonté de ce qu'elle fait ? Quels sont les critères de jugement technique et moral applicable à la nature, attendu que les critères du bien ne semblent pas nécessairement les mêmes pour tous les individus ? Dire que la nature fait bien les choses, ne serait-ce pas une proposition absurde, puisqu'elle fait des choses qui ne peuvent être bonnes que pour certains qui la jugent, mais pas nécessairement pour tous ? (...)